ASITA : Association Spirite Internationale Thérèse d'Avila

Imprimer « retour

Le spiritisme christique

« Moi, la lumière, je suis venue dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas  dans les ténèbres. […] Je suis venu sauver le monde. »

Ev Jean, 12, 46-47.

 

 

La révélation spirite ne peut être considérée comme chrétienne car le spiritisme ne partage pas les conceptions christologiques des religions chrétiennes, issues principalement du Concile de Nicée de 325,  selon lesquelles Jésus aurait été « le Fils de Dieu, unique engendré du Père, c’est-à-dire de la substance du Père, Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père1 Conception approfondie par les conciles postérieurs dont celui de Chalcédoine en 451. 

La révélation spirite est « christique » en référence à l’Esprit du Christ qui en assure la direction spirituelle et parce qu’elle complète l’enseignement donnée par Jésus aux hommes. Sa philosophie et sa morale ayant pour point de départ l’enseignement de Jésus.

 

I. LE CHRIST : AU CŒUR DE LA DOCTRINE SPIRITE

L’Esprit du Christ, en tant que guide spirituel de la Terre, assure la direction spirituelle de la révélation spirite, comme de toutes les autres religions ou spiritualités apparues sur Terre depuis sa dernière incarnation terrestre.

« [Le Spiritisme] est donc l'œuvre du Christ qui préside lui-même, ainsi qu'il l'a pareillement annoncé, à la régénération qui s'opère, et prépare le règne de Dieu sur la Terre2

 « C’est aussi sous sa direction occulte, c’est avec son appui que s’opère cette révélation nouvelle, qui, sous le nom de spiritualisme moderne, vient rétablir sa doctrine […]3

Le Spiritisme considère que Jésus lors de sa dernière incarnation était  un Pur Esprit mandaté par Dieu, qui a revêtu une enveloppe corporelle  afin de s’incarner sur Terre. Les Purs Esprits sont des Esprits qui ont atteint la somme des perfections dont est susceptible la créature et ont une supériorité intellectuelle et morale absolue par rapport aux Esprits des autres ordres. Ils sont assez évolué pour s’approcher Dieu, le voir, le comprendre, recevoir ses émanations et sa pensée. Ils sont les messagers et les ministres de Dieu et ils exécutent ses ordres pour le maintien de l'harmonie universelle. Ils possèdent des capacités spirituelles qui dépassent notre compréhension, décuplées par l’amour divin. Certains d’entre eux peuvent organiser des mondes à partir des éléments créés par Dieu6. Ces Esprits ne s’incarnent que de manière rarissime sur des planètes inférieures comme la Terre où ils dénotent par leurs capacités spirituelles et intellectuelles exceptionnelles. Lorsqu’ils s’incarnent c’est pour accomplir des missions de progrès, librement choisies par eux et par amour pour Dieu. Un seul Esprit de ce type s’est incarné sur la terre : Jésus7. Son évolution morale exceptionnelle, accrue par les pouvoirs que Dieu lui a conféré pour réaliser sa mission et témoigner qu’il était bien son envoyé, expliquent les capacités spirituelles de son Esprit pendant son incarnation et tous les faits qui ont été désignés comme des miracles.

L’Esprit de Jésus s’est incarné sur terre en tant que missionné divin, c’est-à-dire qu’il a été envoyé par Dieu pour accomplir une mission divine très importance : témoigner de l’existence d'un Dieu unique et apporter la connaissance de la voie qui conduit au salut et donc à Dieu : « Moi, la lumière, je suis venue dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas  dans les ténèbres. […] Je suis venu sauver le monde8. »

Il est venu témoigner de l'amour que Dieu a pour tous ses enfants en opérant de nombreuses guérisons et désobsessions et en apportant un massage d'espérance. Sa mission était aussi de sacrifier sa vie afin de contribuer à la rédemption de l'humanité et à sa régénération.

Jésus a été un être exceptionnel, le représentant de Dieu sur la Terre, qui a illuminé le monde par son enseignement et son amour envers les plus démunis. Il est le modèle de perfection morale que Dieu a envoyé au monde, fondé sur l’amour inconditionnel de Dieu et du prochain, la pratique d’une charité sans limite, la résignation à la volonté de Dieu sans murmures.

A la fin de sa dernière mission terrestre l’Esprit du Christ est devenu le guide spirituel de la terre : il poursuit la mission que Dieu lui a confié de veiller à l’évolution de ses frères et sœurs en humanité. Il préside actuellement à la révélation spirite qui vient compléter son enseignement et dont l’accomplissement a été confié à l’Esprit de Vérité.

Dans ses [rares] communications médiumniques il rappelle l’enseignement qu’il a donné lors de sa dernière incarnation terrestre et que l’humanité n’a toujours pas réussi à mettre en pratique :

 

« Je suis le grand médecin des âmes, et je viens vous apporter le remède qui doit les guérir ; les faibles, les souffrants et les infirmes sont mes enfants de prédilection, et je viens les sauver. Venez donc à moi, vous tous qui souffrez et qui êtes chargés, et vous serez soulagés et consolés ; ne cherchez pas ailleurs la force et la consolation, car le monde est impuissant à les donner. Dieu fait à vos cœurs un appel suprême par le spiritisme ; écoutez-le9. »

« Je viens enseigner et consoler les pauvres déshérités ; je viens leur dire qu'ils élèvent leur résignation au niveau de leurs épreuves ; qu'ils pleurent, car la douleur a été sacrée au jardin des Oliviers ; mais qu'ils espèrent, car les anges consolateurs viendront aussi essuyer leurs larmes10

« Rien n'est perdu dans le royaume de notre Père, et vos sueurs, vos misères forment le trésor qui doit vous rendre riches dans les sphères supérieures, où la lumière remplace les ténèbres, et où le plus dénué de vous tous sera peut-être le plus resplendissant11

« Dieu console les humbles et donne la force aux affligés qui la lui demandent. Sa puissance couvre la terre, et partout à côté d'une larme il a placé un baume qui console. Le dévouement et l'abnégation sont une prière continuelle, et renferment un enseignement profond ; la sagesse humaine réside en ces deux mots. Puissent tous les Esprits souffrants comprendre cette vérité, au lieu de se récrier contre les douleurs, les souffrances morales qui sont ici-bas votre lot12

« Je vous le dis en vérité, ceux qui portent leurs fardeaux et qui assistent leurs frères sont mes bien-aimés ; instruisez-vous dans la précieuse doctrine qui dissipe l'erreur des révoltes, et qui vous enseigne le but sublime de l'épreuve humaine.13 »


L’Esprit du Christ est donc une figure centrale du Spiritisme qui le considère comme « médium de Dieu » et comme le médiateur divin par excellence que Dieu a envoyé sur la Terre afin de montrer aux hommes la voie du salut.

 

II. LE SPIRITISME COMPLETE LA REVELATION DU CHRIST

La révélation spirite complète l’enseignement donné par Jésus aux hommes : « Le SPIRITISME, prenant son point de départ dans les paroles mêmes du Christ, comme le Christ a pris le sien dans Moïse, est une conséquence directe de sa doctrine14

Sa philosophie et sa morale ont pour point de départ la révélation divine transmise par Jésus : « Les Esprits n'enseignent pas d'autre morale que celle du Christ, par la raison qu'il n'y en a pas de meilleure. […] Ce que l'enseignement des Esprits ajoute à la morale du Christ, c'est la connaissance des principes qui relient les morts et les vivants, qui complètent les notions vagues qu'il avait données de l'âme, de son passé et de son avenir, et qui donnent pour sanction à sa doctrine les lois mêmes de la nature. A l'aide des nouvelles lumières apportées par le Spiritisme et les Esprits, l'homme comprend la solidarité qui relie tous les êtres ; la charité et la fraternité deviennent une nécessité sociale ; il fait par conviction ce qu'il ne faisait que par devoir, et il le fait mieux15

Pour les Esprits instructeurs mandatés par l’esprit du Christ : « […] Le Spiritisme donc est le véritable enseignement du Christ. […] Christ, par la révélation spirite, est venu rétablir l’enseignement originel qu’il a donné, parce qu’il avait été mandaté par Dieu pour apporter la consolation suprême à ses frères en humanité. […] L’enseignement du Christ est la véritable connaissance car elle est issue des connaissances divines dont la pureté ne peut pas être encore atteinte. C’est donc le spiritisme qui va rétablir l’enseignement du Christ16

 

MAILLARD Sandra.

 

Notes:

1« Nous croyons […] en un Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, unique engendré du Père, c’est-à-dire de la substance du Père, Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait, ce qui est dans le ciel et ce qui est sur la terre ; qui, pour  nous les hommes, et pour notre salut, est descendu, s’est incarné, s’est fait homme, a souffert, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux et viendra juger les vivants et les morts. » Confession de foi du Concile de Nicée (325).

2KARDEC, A., L’Évangile selon le Spiritisme, Paris, éditions La diffusion scientifique, 1982, chap. I, point 7.

3DENIS L., Christianisme et spiritisme ? Paris, Librairie des sciences psychiques, p. 105.

4Cette vérité a été comprise par certains premiers chrétiens, comme Carpocrate, chrétien gnostique du IIe siècle de notre ère qui considérait Jésus est un homme né comme tous les autres hommes, supérieur à eux parce que son âme forte et pure, avait conservé le souvenir de ce qu’elle avait vu dans la sphère du Père inengendré. » Irénée, Adversus haereses, I, 25, 1.

5Voir Echelle spirite, Livre des Esprits, n°100.

6Voir « Amour à l’état de Pur Esprit », Dictionnaire des concepts spirites, IAB, 2009, p. 75.

7« Quel est le type le plus parfait que Dieu ait offert à l’homme pour lui servir de guide et de modèle ? Voyez Jésus. Jésus est pour l’homme le type de perfection morale à laquelle peut prétendre l’humanité sur la terre. Dieu nous l’offre comme le plus parfait modèle, et la doctrine qu’il a enseignée a enseignée est la plus pure expression de sa loi, parce qu’ile st animé de l’esprit divin, et l’être le plus pur qui ait paru sur la terre. » KARDEC A., Livre des Esprits, n°625.

8Evangile de Jean 12, 46-47.

9KARDEC, A., L’Évangile …,  chap. VI, n°7.

10KARDEC, A., L’Évangile …, chap. VI, n°6.

11KARDEC, A., L’Évangile …,  chap. VI, n°6.

12KARDEC, A., L’Évangile …, chap. VI, n°8.

13KARDEC, A., L’Évangile …, chap. VI, n°6.

14KARDEC A., La genèse, les miracles et les prédictions selon le spiritisme, Philman, 2004, chap. I, paragraphe 30, p. 25.

15KARDEC A., La genèse …, chap. I, paragraphe 56, p. 41.

16Extrait d’une communication médiumnique reçue à l’ASITA, n°12.

 

 

Conformément au code de la propriété intellectuelle toute reproduction à des fins autres que strictement personnelles et notamment toute reproduction destinée à une publication électronique, papier, ou audio, destinée à des tiers, est strictement prohibée et constitutive du délit de contrefaçon, le contenu ayant été protégé.

Voir le calendrier

Galerie

Voir la galerie

Vidéo

Journal
Revue du spiritisme

Lien : https://madmagz.com/fr/magazine/825395

En savoir plus

Médiathèque

Médiathèque

En savoir plus

Association spirite internationale Thérèse d’Avila, association caritative, association spirite, médiumnité, étude spirite, Christ, Dieu, Art spirite, médiathèque spirite, expérimentation, Revue du spiritisme, Lien Fraternel, Journal d’études spirites, dossier éthique, Allan Kardec, Amélie Boudet, Gabriel Delanne, Léon Denis, Avicenne, Ibn Arabi, Islam, Spiritisme, Esprit de Vérité, Actions de charité, Aide spirituelle, désobsession, réunion médiumnique, médium, spirite.